Un homme seul et un chien errant

Page 94/95

Retrouver le chien à tout prix

Neville était agité. Il s’était habitué au va-et-vient du chien et c’était devenu le pivot de son emploi du temps quotidien, tout était ajusté autour des moments du repas du chien, son enquête oubliée, toutes tâches mises de côté, son unique désir étant d’avoir le chien chez lui.

Dans l’après-midi du troisième jour, il était au garage lorsqu’il entendit le bruit du bol en métal dehors. En haletant, il se rendit à la lumière du jour.

“Tu es de retour!” Cria-t-il.

Le chien, inquiet, s’éloigna du plat, l’eau dégoulinant de ses mâchoires.

(…) il ne pouvait pas empêcher le chien de partir. Il a tenté de le suivre, mais le chien est parti

avant que Neville puisse découvrir sa cachette. Il avait décidé de penser qu’il devait être sous une maison quelque part, mais cette pensée ne le rassurait pas .

il était incapable de dormir cette nuit-là, buvant beaucoup de café et maudissant la lenteur du temps. Il devait attraper le chien, il le devait. Et rapidement. Il devait trouver une solution.

(…)

Le lendemain matin, il s’assit juste à côté du bol et il sentit ses lèvres trembler lorsque le chien s’approcha lentement en boitant. Le lendemain matin, il s’assit juste à côté du bol et il sentit ses lèvres trembler lorsque le chien s’approcha lentement en boitant. Il avait les yeux plus ternes et manquant d’énergie.

(…) Cette fois, il a réussi à suivre le chien qui se déplaçait lentement et il a vu la maison laquelle, en se tortillant, il a cherché refuge.

(…)

Page 99

Une opération de sauvetage

Enfin, incapable de supporter le bruit, il a tendu le bras et alluma la lampe de chevet.

Alors qu’il traversait la pièce, portant ses chaussettes, il entendit le chien qui tenta soudain de se dégager de la couverture. Cependant, tout s’est emmêlé dans les plis et le chien a commencé à japper, terrifié, tandis que son corps battait à tout rompre sous la laine. Neville s’agenouilla et posa ses mains sur son corps. Il entendit le grognement et le claquement étouffés de ses dents et essaya de mordre à travers la couverture.

Robert Neville a réussi à extirper le chien de son refuge en déployant des efforts remarquables et à gagner sa confiance. Ses tentatives sont émouvantes pour mener une tâche trop ardue et qui ressemble à une opération de sauvetage.

Voici les dernières lignes traduites de ce roman de sciences fiction de Richard Matheson dont Stephen King a dit :“Des livres tels que I AM LEGEND étaient une source d’inspiration pour moi” (Voir première de couverture, dans l’article que j’ai publié dans la partie (1/3).

(…)

Une fin triste

Page 100

Il sourit au chien, sa gorge bougeant. « Tu vas bientôt aller mieux, » murmura-t-il. « Très vite”, et la l langue du chien trembla et lécha rugueusement et doucement la paume de la main de Neville. Quelque chose se brisa dans la gorge de Neville. Il resta assis silencieusement tandis que des larmes coulaient lentement sur ses joues.

Au bout d’une semaine, le chien était mort.

Auteur : lamssasite

Passionné pour le partage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.