Jude

Je présente :

⁃ quelques précisions concernant le début du roman.

⁃ des passages traduits. Je suis responsable des erreurs commises.

Le roman commence de cette façon:

À partir de la page 4

– [] Jude, un jeune homme, est descendu à la gare qui l’emmène chez sa tante, qui tient une boulangerie.

– [] Malheureusement, le jeune Jude est très triste que le maître d’école ait déménagé et soit parti à Christminster. Il pouvait difficilement retenir ses larmes car il appréciait beaucoup le professeur. Ce dernier a conseillé à Jude de bien traiter les animaux et les oiseaux et surtout de lire tout ce qu’il pouvait.

– Jude se passionna pour les livres et les langues latine et grecque.

– [] Il a tellement pensé à la ville qu’il est en devenu obsédé.

– [] Rencontre Arabella en marchant sur la rive du fleuve. Leurs relations se sont développées. Un jour, elle lui a annoncé qu’elle était enceinte et il lui a suggéré de se marier.

 

– [] Arabella a annoncé qu’elle n’est pas enceinte et c’est le début de leur conflit.

Deux pages (56-57) du roman de Thomas Hardy, Jude the Obscure, publié pour la première fois en 1896, ont été traduites.

Jude l’Obscur

Thomas Hardy

Pages56-57

La lettre

De nouveau la nuit, il rentra chez lui en marchant à un rythme soutenu et réalisa qu’elle n’avait pas visité la maison et qu’elle n’est passée ni le lendemain ni après. Enfin, il a reçu une lettre d’elle.

Elle a ouvertement admis qu’elle en avait assez de lui. Il est paresseux et elle se moquait de la vie qu’il menait. Il n’y a aucune possibilité que cela s’améliore ou qu’il contribue à la changer au mieux. Ses parents pensaient depuis quelque temps, comme il le savait, à l’immigration en Australie, l’élevage porcin n’étant pas rentable. Ils ont décidé d’y aller et elle a suggéré de les accompagner s’il ne s’y opposait pas. Les femmes comme elle auront plus d’opportunités que dans ce stupide pays.

La réponse

Dans sa réponse, Jude n’a exprimé aucune objection à son départ. Il pensait que c’était un pas en avant parce qu’elle voulait y aller et que c’était dans l’intérêt des deux. Il a joint au paquet, contenant la lettre, l’argent procuré par la vente du porc, plus une petite somme d’argent qui lui appartenait.

Découverte

Depuis ce jour, il n’a reçu des nouvelles qu’indirectement, même si son beau-père et sa famille ne sont pas partis immédiatement avant la vente de ses biens. Lorsque Jude a appris qu’il y avait une vente aux enchères chez eux, il a emballé ses biens, parmi lesquels sa femme pouvait choisir, dans un chariot et les a envoyés pour être vendus.

Il s’est ensuite rendu à son domicile à Alfredstone et a vu dans la vitrine d’un brocanteur un petit dépliant annonçant la vente des meubles de son beau-père.

(…)

Il a acheté sa propre photographie

Quelques jours plus tard, Jude entra dans le sombre brocante de la rue principale de la ville (…) et vit une photo encadrée qui se révéla être la sienne. C’est sur pour cette photo qu’un homme a été invité à lui faire un cadre en érable en guise de cadeau à Arabella qu’il lui a offert le jour du mariage. Au dos de la photo, on peut lire «Jude à Arbella» et la date. (…)

« Oh », dit le commerçant, notant qu’il observait des choses ici et là et ne faisait même pas attention à sa photo. “Le cadre est la seule chose utile parmi ces choses. Si vous voulez l’acheter, vous l’aurez contre un shilling.”

Détruire les sentiments

   La mort absolue de tous les sentiments de tendresse éprouvés par sa femme lui a été signifiée par cette preuve silencieuse et involontaire de la vente de sa photographie et de son cadeau, et a été le dernier petit coup qui aurait suffi à anéantir ses sentiments. Il a donné le shilling, a pris la photo avec lui et l’a brûlée lorsqu’il est arrivé chez lui.

Après deux ou trois jours, il a appris qu’ Arabella et ses parents étaient partis. Il a envoyé une lettre suggérant de lui faire ses adieux, mais elle a refusé et a préféré abandonner parce qu’elle était déterminée à y aller, ce qui était probablement vrai.

  Le soir après le départ, après son travail quotidien, il sortait après le dîner. Il marchait et les étoiles l’éclairaient le long de la route très familière vers les hauts plateaux où il éprouvait les principales sensations de sa vie. Il semble ressentir la même chose en ce moment.

Des souvenirs

(…) Sur l’ancienne piste, il semblait être encore un garçon, à peine un jour plus âgé que lorsqu’il rêvait de gravir la colline, envahi par l’enthousiasme, pour la première fois, à l’idée d’aller à Christminster et aspirant à avoir une bourse d’études. “J’ai une femme. De plus, j’ai pu m’opposer à elle, je ne l’aimais pas, je me suis disputé avec elle et je suis parti.”

Commentaire traduit de l’anglais

«Cependant, j’ai de la sympathie pour Jude pour la duperie d’Arabella de le prendre au piège en tant que son mari. Arabella n’a de cœur pour personne, à ce que je sache. Elle n’est certainement pas du tout digne de Jude. »

Ci-dessous le lien pour lire le commentaire en anglais.

https://www.goodreads.com/topic/show/12082723-jude-the-obscure–part-1st-at-marygreen-chapters-9-11

Auteur : lamssasite

Passionné pour le partage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.