Idioms


A drawing

This drawing is based on a photo that appeared on the front page of an online newspaper in an African country. I grant you, the sketch is undoubtedly perfect. One might think, at first glance, that this young man is dancing. Don’t you think so ? In reality, he’s trying to protect himself from the police batons raining down on his head just because he’s demonstrating by exercising his most basic right. Out of context, things change in appearance and meaning.

This is why I use the following idiom : There is more to the picture than meets the eye.

Samil’s Story (3/10)


Picture

Fire

These are true stories of people who have died or are still alive. What matters to the child, what is vital to him, is that he or she feels loved and that he or she’s the object of real parental affection and on the part of those around him, others and members of his community. It doesn’t matter what he or she has or not. How many children were deprived of this because of neglect, poverty, colonialism and wars. How will a child deprived of this fight the battle of life? The only source of consolation is divine power because God does not forget His vulnerable servants.

Every farmhouse and house fear a fire in the summer. It’s a nightmare. My mother invited her friend for tea. The bread was fresh and it was a really pleasure to eat the bread and sip sweet tea. My father was away with his two siblings. They were invited by their friends to attend the annual festival that attracts hundreds of thousands of people from all over the country. Suddenly, the calm of our courtyard was broken by the voice of my cousin, who declared a fire in hay piles 50 meters long and at least fifteen meters high. A second haystack was a few meters away from the one that caught fire first. It had the same dimensions. The numbers of volunteer people coming around our house began to increase. Voices rose to search for water to try to extinguish the flames, which were rising from the flames, and there was no attempt to stop the spread of the fire at terrifying speed, and the excessive heat emitted from the fire damped any attempt to approach. Firefighters arrived late at the scene of the fire. In the middle of the afternoon, the haystack turned to ashes.

The cheeky teenager

The scene took place in the 1980s. I got up early in the morning and walked for about a quarter of an hour before boarding the train that took me to D., a town in northwestern France, on the Channel coast 60 km away. North of R. I was sitting in a train carriage with other travelers, finishing a lesson or correcting pupils’ papers. Sitting in front of me was a girl, apparently a schoolgirl, and what she told me shocked me deeply. Her gaze wasn’t any kindness, I knew that and I guess she knew what my profession was. This is what some might describe as racism: « France has become a world trash can. » I pretended I had heard nothing of this apparent provocation on the part of a sassy teenager. My silence was itself the most worthy response of a young adult. In addition, the difficulty of responding to a racist person, especially if he is a young man or woman, is a normal matter.

Racist does not respect his dog

I was waiting for my girlfriend in front of the pharmacy. A man of at least 30 years old drags his dog with a chain. I spontaneously demonstrated sympathy for the dog. This Frenchman addressed his dog in the following way, which the latter would not have endured had he understood the meaning: « Come on, dumpster dog. » The poor unfortunate dog was disturbed by this remark. Why does this bastard show such hostility towards me? I did not take his job and did not eat his bread … which is a common accusation reported by the far-right circles. Not a sound-minded man.

Les inégalités


Click on the image

Click on the image to watch the video

Euros

Les inégalités de revenus ( inégalités économiques) expliquent celles de la consommation, du niveau de vie et du patrimoine. Une des illustrations du caractère cumulatif des inégalités. Il est dès lors tout à fait compréhensible que les individus et les pays aspirent à l’égalité. Pour atteindre cette dernière, des boulversements pronfonds, au sein de chaque pays et à l’échelle mondiale, sont nécessaires. Cependant, il y a des obstacles sur le chemin de l’égalité : les idéologies régressives, le financement de l’armement et des guerres régulé par les compromis entre États et groupes de pression voyous et multinationales.

Income inequalities (economic inequalities) explain those of consumption, standard of living and wealth. One of the illustrations of the cumulative nature of inequalities. It is therefore quite understandable that individuals and countries aspire to equality. To achieve the latter, profound upheavals, within each country and globally, are needed. However, there are obstacles on the path to equality: regressive ideologies, the financing of arms and wars regulated by compromise between states and rogue and multinational lobby groups.

تفسر عدم المساواة في الدخل (التفاوتات الاقتصادية) تلك المتعلقة بالاستهلاك ومستوى المعيشة والثروة. أحد الرسوم التوضيحية للطبيعة التراكمية لعدم المساواة لذلك من الطبيعي تمامًا أن يتطلع الأفراد والبلدان إلى المساواة. لتحقيق هذا الأخير ، هناك حاجة إلى اضطرابات عميقة ، داخل كل بلد وعلى مستوى العالم. ومع ذلك ، هناك عقبات على طريق المساواة: الأيديولوجيات الرجعية ، وتمويل الأسلحة والحروب التي تنظمها التسويات بين الدول وجماعات الضغط المارقة ومتعددة الجنسيات..

Las desigualdades de ingresos (desigualdades económicas) explican las de consumo, nivel de vida y riqueza. Una de las ilustraciones de la naturaleza acumulativa de las desigualdades. Por tanto, es bastante comprensible que las personas y los países aspiren a la igualdad. Para lograr esto último, se necesitan cambios profundos, dentro de cada país y a nivel mundial. Sin embargo, existen obstáculos en el camino hacia la igualdad: ideologías regresivas, financiamiento de armas y guerras reguladas por el compromiso entre estados y grupos de presión deshonestos y multinacionales.

Pour un Etat de droit mais contre l’Etat de l’extrême droite


Je vous ai dit qu’ils méritaient la répugnance que les gens ressentent pour eux. La fin de l’extrême droite est proche. Arretez le massacre des femmes, de leurs enfants et des jeunes palestiniens. Les peuples arabes sont vivants mais ils se demandent que font leurs dirigeants.

I told you they deserve the loathing people feel for them. The end of far right is near.

Stop the slaughter of women and their children and young people in Palestine. The Arab peoples are alive but they are wondering where their leaders are.


قلت لكم إنهم يستحقون ما يشعر به الناس من كره لهم. نهاية اليمين المتطرف قريبة.
أوقفوا قتل النساء وأطفالهن وشبابهم في فلسطين. الشعوب العربية على قيد الحياة لكنها تتساءل أين قادتها.

Te dije que se merecen el odio que la gente siente por ellos. El final de la extrema derecha está cerca. Detengan la masacre de mujeres y sus niños y jóvenes en Palestina. Los pueblos árabes están vivos pero se preguntan dónde están sus líderes.

Contre la guerre et la violence menée par l’Etat d’extrême droite

Papaver rhoeas


Une photo rafraîchissante. Le coquelicot a beau faire, c’est en vain qu’il essaie de se cacher. Il rougit d’avoir été surpris par l’œil du photographe heureux d’avoir découvert un si joli bouquet et de constater que la nature crée des merveilles toute seule pourvu que l’homme ne s’en mêle pas.

A refreshing photo. No matter what the poppy does, it is in vain that it tries to hide. It blushed to have been surprised by the eye of the photographer happy to have discovered such a beautiful bouquet and to see that nature creates wonders on its own as long as the man does not interfere.

صورة منعشة. بغض النظر عن ما يفعله الخشخاش ، فإنه عبثا يحاول أن يختفي. احمر خجلاً لتفاجئه بعين المصور السعيد لاكتشاف مثل هذه الباقة الجميلة ورؤية أن الطبيعة تخلق العجائب من تلقاء نفسها طالما أن الإنسان لا يتدخل.

Una foto refrescante. No importa lo que haga la amapola, es en vano que intente esconderse. Se sonrojó de haberse sorprendido por la mirada del fotógrafo feliz de haber descubierto un ramo tan hermoso y de ver que la naturaleza crea maravillas por sí misma siempre y cuando el hombre no interfiera.

Romans britanniques. Roman de Peter May (2/2)


Il a reçu un coup à la tête par derrière
Bannerman s’est réveillé, et alors qu’il se dirigeait vers l’arrière-salle, Kale a été touché derrière la tête et s’est évanoui. Kale a eu l’idée de tuer le journaliste, mais y a renoncé et ne lui a donné que des coups de pied dans le ventre, puis il a quitté la maison avec un sac noir, laissant Bannerman dans un état lamentable.
Au bureau de la police judiciaire
Le docteur a conseillé a Bannerman de se reposer et de dormir, et avant cela, il a passé un certain temps à répondre aux questions de la police sur son identité et sa relation avec Slater et Gryff. L’auteur décrit avec une grande précision les personnes et les choses à la préfecture de police, où Bannerman est dans le bureau de l’inspecteur Georges du Maurier de la police judiciaire.
«Peu après 10 heures du matin, un passant a entendu une fille crier dans la maison n ° 24, puis a frappé à la porte plusieurs fois sans que personne n’ouvre la porte», a déclaré l’inspecteur, alors il a appelé la police de proximité. Page 109.
Dans l’arrière-salle, deux policiers ont trouvé deux pistolets, deux cadavres et une fille de onze ans (le lecteur doit se rappeler qu’elle est la fille de Slater, Tania). L’inspecteur attend le rapport du médecin légiste du laboratoire, malgré sa conviction qu’un double meurtre a été commis par une tierce personne.
Tania a fait le portrait du tueur
Page 112.
L’écrivain décrit la difficulté de communiquer avec Tania et comment la police a utilisé des sédatifs pour la contrôler. Rappelons-nous que l’enfant Tania était dans la maison et que le tueur ne l’a pas vue. La police ne pense pas que Tania aidera à identifier le criminel. «Il n’y avait aucun espoir de savoir ce qui s’était passé car il était impossible pour la fille de nous aider», a déclaré un psychiatre de la police à la police, p. 112. Tania est habile à dessiner malgré son handicap. Pour définir le handicap et les déficiences, cherchez dans un dictionnaire (ou sur sur Internet) et pour comprendre la théorie de la compensation du psychologue australien Alfred Adler, allez sur le site Web et lisez l’article du Dr Ghassan Abu Fakhr dans le magazine Al-Arabi (voir photo et article en arabe). Et il y avait un dessin sur une feuille de papier, « Vivement expressif, selon l’auteur. La petite fille a dessiné la scène du meurtrier et du tueur mais des détails de son visage manquaient (l’homme sans visage: c’est le titre du roman. Bannerman était à la fois étonné et désorienté. Tania est devenue orpheline de mère et de père.Le journaliste Bannerman s’inquiète de la poursuite de l’enquête, étant donné que l’une des victimes est un homme politique, le ministre britannique, et se demande donc si Georges du Maurier abandonnerait l’enquête pour éviter des répercussions politiques, mais l’inspecteur a assuré au journaliste que il agirait rapidement avant que l’enquête ne lui soit retirée.
Des exemplaires du dessin de la petite fille Tania ont été distribués aux journalistes qui ont assisté à la conférence de presse de l’inspecteur.
Bannerman retourne dans l’appartement sombre de Slater et entre dans la chambre de Tania, profondément affecté par l’obscurité et le vide. L’auteur exprime le sentiment du journaliste et l’étendue de sa sympathie pour Tania. «La vie était injuste pour quelqu’un qui méritait tellement plus que cela», raconte Peter May. Page 121.
Court aperçu sur le personnage de Kale
Le romancier nous ramène à l’enfance de Kale et à son étrange comportement à l’âge de neuf ans dans une institution avec d’autres enfants, où il a été soumis à une discipline stricte, à des coups et à l’isolement avec une constance qui a semé la confusion. Il n’a jamais révélé aucune douleur, mais cette partie de son enfance a laissé une marque. Pour le moment, Kale a quitté l’hôtel avant de se diriger vers la gare.
Nouvelle tentative de meurtre
Kale regarda avec indifférence le dessin en première page du journal, puis réalisa que c’était une image le reflétant, mais sans tête. Il s’est reconnu.
Après la publication de la photo du tueur, Kale a reçu l’ordre de tuer la jeune fille Tania, il doit désormais éviter d’être reconnu. Il finira par se rendre dans l’institution à laquelle Tania a été confiée après le traumatisme qu’elle a vécu en étant témoin du double meurtre.
Bannerman a pris des risques et payé le prix
Après une longue période d’enquête périlleuse, Bannerman a réussi à trouver un lien entre les deux victimes qui avaient été assassinées par Kale. Ses investigations l’ont conduit dans des lieux dangereux et étranges et à rencontrer des personnalités qui travaillent dans les coulisses et ont une grande influence. C’est à l’inspecteur Georges de Maurier qu’il doit sa survie. En fait, le journaliste Slater en savait beaucoup sur le politicien Gryffe, et ce dernier a participé à des transactions d’armes entre des pays développés et des pays du tiers monde. Ces armes fabriquées sont commercialisées par des sociétés multinationales pour alimenter les conflits armés dans les pays africains, par exemple. Bien entendu, ces accords ont donné l’occasion de gagner beaucoup d’argent davantage à Gryffe qu’à Slater. Ce dernier faisait chanter Gryffe et avait l’intention de fuir Bruxelles avec sa fille Tania. Bannerman a obtenu des informations très importantes pour une grosse somme d’argent payée par le journal qu’il l’emploi. Il regrette toujours le meurtre d’un journaliste, nommé Platt, un alcoolique qui était une source d’information fiable. Bannerman a été dur avec Platt.
La fin de Kale
Kale est allé à l’hôpital où se trouvait Tania et a réussi à se rendre dans sa chambre, mais elle s’est enfuie et il a renoncé à la tuer.
La décision est prise de renvoyer Tania à Édimbourg pour être placée dans un établissement où elle vivra et recevra des soins. Le couple américain était chargé d’escorter Tania à Edimbourg. Kale a également décidé de retourner en Angleterre, croyant que sa mission avait été accomplie, et il a renoncé à la moitié du montant de 50000 livres sterling, et tandis que les époux américains et Tania se dirigeaient vers l’avion, Tania a vu le tueur et l’a reconnu et ce dernier a essayé et lui a tiré dessus. Elle est tombée au sol et un état de panique a régné. Tania a été emmenée à l’hôpital. Kale a couru, pensant qu’il survivrait, mais la police l’a abattu et il s’est effondré immobile.

La fin de celui qui a commandité le double assasinat
Quant au journaliste Bannerman, il s’est rendu à Edimbourg, et grâce à ses investigations, il a pu retrouver l’homme politique, fondateur du parti, qui avait ordonné l’assassinat de Gryffe, qui appartenait au même parti, ainsi que Slater. La personne qui a ordonné l’assassinat de Gryffe et Slater était un homme âgé qui a jugé nécessaire de procéder à l’élimination du meurtre des deux hommes pour sauver la réputation de son parti politique, car il était déçu du comportement de Gryffe. Enfin, le vieil homme s’est suicidé.
Une fin heureuse
Le roman se termine par une rencontre sur le quai de la gare dans une ville écossaise entre Bannerman et la baby-sitter Sally, qui lui annonce la bonne nouvelle de Tania se porte bien et l’opération qu’elle subie a été un succès. C’est le début d’une histoire d’amour entre eux.