Kunta et Bell


2A016DFB-F084-4DFE-817F-7EDCD8DAD1FA

Traduction anglais-français
Extraits du roman:
Roots by Alex Haley

Pages 301-303
Kunta et Bell: les débuts d’une relation…
Il était plus préoccupé qu’il restait encore certaines questions importantes dont il désirait discuter avec Bell. Mais il ne pouvait pas, semblait-il, y parvenir. Il s’agissait du fait qu’elle gardait une image encadrée, au mur de son salon, de ‘Jesus’ au cheveux jaunes lequel on aurait dit un parent de leur Seigneur païen. Mais il a enfin réussi à mentionner cela et Bell lui aussitôt dit qu’il n’y a que deux endroits dans lesquels tout le monde ira, l’enfer ou le paradis, et là où vous irez, c’est votre affaire. Et elle n’en disait pas davantage. Sa réponse le décontenançait chaque fois qu’il y pensait, et il en vint à décider qu’elle était libre de ses croyances si erronées soient-elles tout comme il avait le droit d’avoir ses propres croyances.
Waller, le maître, ne s’oppose pas à l’idée du mariage
La nouvelle fit rapidement le tour de l’allée des esclaves. Kunta s’est senti gêné par les félicitations pour le mariage. Il aurait pu étrangler Bell d’avoir mis Anne au courant quand celle-ci est venue rendre visite à son oncle. Anne répétait joyeusement « Bell va se marier, Bell va se marier ». Pourtant, dans son fort intérieur, Kunta sentit que c’était déplacé d’éprouver du mécontentement à propos de cette annonce puisque le peuple Mandinka considérait le mariage comme la chose la plus importante après la naissance.

Looking aimlessly?


He seems to like nothing more than watching people going about their business. He remains standing for a long time sipping his can of alcoholic beverage. When people walk past him he stares at them. He doesn’t seem to be of no fixed abode. Maybe he´s spying on people. Sometimes, he looks up at the sky for a long while. Actually, like every passerby, I wish I could read the grey-haired man’s mind.
00482623-00CE-4187-A241-E7D1D8BA9706

Les villes et la croissance économique


Les villes sont le lieu d’intenses activités économiques, l’espace où s’agglomèrent les producteurs contribuant par conséquent à la création de richesses sous forme de valeurs ajoutées. Or le PIB représente la somme des valeurs ajoutées. Les villes attirent les entreprises et les travailleurs en raison des avantages qu’elles offrent. Les économistes, comme le britannique Alfred Marshall, ont étudié les raisons de la concentration des entreprises et des travailleurs dans les villes. Les externalités permettent d’expliquer en partie cette attractivité.

Sciences Echonomiques et Sociales


Ce néologisme m’est passé par la tête en corrigeant des copies de terminale ES (dissertation sur les sources des fluctuations économiques…). Avant ce travail de correction, j’étais malheureux car il me semblait qu’en cours je me répétais inlassablement et inutilement. Or, les copies corrigées m’ont donné tort: elles ont trouvé auprès de nombreuses et nombreux élèves de la classe un écho qui a fait grimper les notes. Vive l’écho. A vous de choisir l’orthographe.

Casablanca


(…) les principales villes africaines contribuent actuellement au PIB du continent à hauteur de 700 milliards de dollars, un chiffre qui devrait atteindre 1,7 billion d’ici à 2030, note Oxford Economics.

  Consulter Afrique Renouveau

Comment les villes peuvent contribuer au PIB?
 lire la suite

      About Cities
        In Morocco


    Economy and Society: how much have they changed?

        North Africa deserves

     

        النمو والاستقرار