SES TERMINALE ES : GO BAC

Maîtriser les notions et le vocabulaire spécifique en SES pour réussir les épreuves du Bac.

Test SES-Terminale ES
Regards croisés
Thème1/ Justice sociale et inégalités
Thème 2/ Travail, emploi, chômage

________________

Un questionnaire pour réviser les thèmes de la troisième partie du programme en mobilisant le vocabulaire spécifique, les mécanismes et les savoir-faire.
Savoir définir les notions et les indicateurs qui permettent de les mesurer vous permet en partie de réussir les deux épreuves de l’enseignement obligatoire du Bac ES.

__________________

Acquis de première : salaire, marché, productivité, offre et demande
, prix et quantité d’équilibre, asymétries d’information.
NOTIONS : Taux de salaire réel, salaire d’efficience, salaire minimum, contrat de travail, conventions collectives, partenaires sociaux, segmentation du marché du travail.

Acquis de première : chômage, productivité, demande globale, politique monétaire, politique budgétaire, rationnement.
NOTIONS : Flexibilité du marché du travail, taux de chômage, taux d’emploi, qualification, demande anticipée, salariat, précarité, pauvreté.

Acquis de première : État-providence, prélèvements obligatoires, revenus de transfert
NOTIONS : Égalité, discrimination, assurance/assistance, services collectifs, fiscalité, prestations et cotisations sociales, redistribution, protection sociale.
__________________________

1. Compléter. Ils peuvent être au dessus du salaire réel d’équilibre :……………………………..
2.Compléter. Il s’agit d’une situation où l’offre de travail dépasse la demande de travail :…………………..
3. Compléter. Elle permet de réduire les inégalités économiques : ………………………………
4.Compléter. Elle peut être universaliste : ………………………….
5. Compléter. Dans une démocratie, elle constitue une égalité formelle : l’égalité des ……………..
6. Compléter. Certains économistes préconisent de le réduire en dessous de la productivité marginale du travail afin de lutter contre le chômage :………………………….
7. Classez les notions suivantes dans un ordre logique qui reflète un raisonnement économique : coût du travail/ production/ emploi/ rentabilité de la production.
8. Compléter. Eux aussi, en plus du marché du travail, contribuent à la détermination du niveau des salaires : …………………………..
9. Réaliser un graphique mettant en évidence l’excès de demande de travail selon l’analyste libérale du fonctionnement du marché du travail.
10. Réduire le coût du travail est une mesure faisant partie des politiques passives de lutte contre le chômage. Vrai/Faux.
11. L’externalisation est une forme de flexibilité utilisée par les entreprises pour s’adapter à l’évolution de la production. Vrai/Faux.
12. Les politiques d’indemnisation du chômage font partie des politiques passives de lutte contre le chômage. Vrai/Faux..
13. La prime d’activité fait partie des politiques passives de lutte contre le chômage. Vrai/ Faux.
14. CompléterLe salaire n’est pas seulement un coût, c’est aussi un revenu. A quelle analyse théorique des causes du chômage peut-on attribuer cet argument ?………………
15. Compléter. Selon l’INSEE, « Le taux………………d’une classe d’individus est calculé en rapportant le nombre d’individus de la classe ayant un emploi au nombre total d’individus dans la classe. Il peut être calculé sur l’ensemble de la population d’un pays, mais on se limite le plus souvent à la population en âge de travailler (généralement définie, en comparaison internationale, comme les personnes âgées de 15 à 64 ans), ou à une sous-catégorie de la population en âge de travailler (femmes de 25 à 29 ans par exemple).
16. Le taux de chômage est supérieur au taux d’emploi. Vrai/ Faux.
17. Compléter. Selon l’OCDE, « Souvent considérés comme une mesure globale de la compétitivité (internationale) des prix, …… …………………… ……..…… ……………… ……… ………… correspondent au coût moyen du travail par unité produite. On peut les exprimer en rapportant la rémunération totale des salariés par heure travaillée à la production par heure travaillée (productivité du travail). Cet indicateur prend la forme de variations exprimées en pourcentage et indices. »
18. Compléter : « On entend par ……………. ….. …………… les interventions publiques qui ont pour objectif de corriger les déséquilibres et les conséquences néfastes du marché du travail. Les politiques de lutte contre le chômage en sont un des éléments parmi d’autres. En effet, le champ d’intervention est vaste et les mesures mises en œuvre nombreuses. ». D’après Vie publique.
19. Dans l’extrait suivant, l’auteur dresse un bilan positif des politiques d’emploi : Vrai/ Faux. « Alors qu’une politique de l’emploi est un ensemble cohérent d’action visant à lutter contre le chômage, à soutenir la création d’emplois ou le maintien des emplois existants, celles qui ont été menées en France semblent être dans l’incapacité d’y contribuer. Elles n’ont pas empêché le chômage de persister à un niveau élevé, proche du taux symbolique des 10 %, depuis le début des années 1980. Avec l’entrée en crise en 2008, elles n’ont pas endigué la forte expansion du nombre de demandeurs d’emploi. » 1;
20. La prime d’activité fait partie des politiques passives : Vrai/ Faux. « La prime d’activité a pour objet d’inciter les travailleurs (salariés ou non salariés) aux ressources modestes, à exercer ou reprendre une activité professionnelle et à soutenir leur pouvoir d’achat. Il faut avoir plus de 18 ans pour prétendre à cette aide sociale.». D’après Service-public.fr

↩️1
Source :https://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RCE_013_0091&download=1
_____________________________

Vous pouvez également lire un article sur les politiques d’emploi

Individus et effet collectif

A76106E9-3ED0-4448-91E7-A574A2888521
Les effets d’agrégation
L’agrégation des actions
individuelles
engendre un effet collectif



  • Un phénomène social
  • Le processus :
    1. Buts et motivations
    2. Comportements individuels
    3. Agrégation des comportements individuels
    4. Effet d’grégation/ Effets pervers
      Exemple : embouteillage, effet non voulu et non prédit
    5. Critique de la « théorie des effets pervers »

Extrait traduit de l’ouvrage « Rethinking Policy and Politics », pp. 119-120
Explication
L’idée de conséquences non-intentionnelles et non anticipées remonte à plusieurs siècles. Des philosophes ont étudié ces effets dus à des actions humaines (David Hume) et la question des avantages collectifs résultant du comportement orienté vers la recherche du profit. Cependant, c’est grâce à Robert Merton que le problème des conséquences non-intentionnelles est devenu objet de l’analyse sociologique. (…) Merton (1936) reconnaît quatre facteurs qui limitent la capacité d’anticiper correctement les conséquences de l’action sociale. Il s’agit (1) de l’ignorance des faits; (2) une mauvaise évaluation de la situation et/ ou de l’action; (3) une vision étroite de l’intérêt et (4) une prédiction auto-réalisatrice (Fine, 2006). Une anticipation ainsi qu’une prédiction incorrectes dues à ces facteurs sont à l’origine de conséquences non-intentionnelles et non attendues.
Source :https://books.google.fr/books?id=DWY5BAAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=true

Dans quelle mesure ?

Apprendre la dissertation

Les fruits du travail méthodique

D0BCE3FE-0F8B-47F8-AC30-332F7F03EAB0

Pour maîtriser la technique de la dissertation, l’une des épreuves au choix au bac ES, il faut au préalable se familiariser avec les énoncés.
Il y a tout d’abord des questions qui amènent à une controverse, une différence de point de vue (notamment théorique) :

. Dans quelle mesure… ?
. Peut-on dire que… ?
. Vous vous demanderez si…

La réponse à la problématique qui en découle doit par conséquent être nuancée.
Ensuite, d’autres énoncés vous demandent explicitement d’analyser un phénomène, soit dans son ensemble, en amont (ses causes), soit en aval (ses conséquences, ses effets) :

. Analysez….
. Expliquez…
. Quelles sont les causes de…. ?
. Vous montrerez les effets de ….
. En quoi… ?

L’énoncé peut aussi demander d’analyser les conséquences d’un phénomène, ce qui peut surprendre.